Tout ce qu’il faut savoir sur la césarienne naturelle ou césarienne extrapéritonéale

Quand on évoque le terme « césarienne naturelle » il semblerait que l’on réunit deux mots en apparence contradictoires. Cela parce que dans sa pratique habituelle, ce type d’intervention n’a rien de naturel comme l’accouchement et la naissance, que ce soit par rapport à l’entourage technique, au lieu de réalisation, à la logistique, au matériel utilisé et au nombre de personnes nécessaires à sa réalisation. Cette nouvelle technique de naissance d’un enfant au bloc opératoire a été mise au point par la maternité Queen’s Charlotte Hospital, à Londres il y a 8 ans de cela. Actuellement, cette pratique est devenue courante chez eux.

En principe, la procédure technique qui permet de réaliser cette technique est tout à fait comparable à celui de la césarienne classique. Cependant, dans le cas d’une césarienne extrapéritonéale, l’ « extraction » du bébé est réalisée de manière à ce que les parents puissent voir la naissance de leur bébé et ainsi, devenir participants actifs à cette naissance.

Déroulement de la césarienne extrapéritonéale

Si au cours d’une césarienne classique, un rideau est dressé entre la maman et l’opérateur, lors d’une césarienne extrapéritonéale, on laisse tomber le champ opératoire ou on utilise un champ transparent. Cela pour que la maman et le papa puissent assister à toute la procédure de la naissance de leur bébé. Au moment où la tête de bébé sort du ventre de sa maman, le chirurgien ne l’extrait pas directement de l’utérus. Contrairement à la procédure de la césarienne classique où le médecin appuie sur le fond utérin pour aider le bébé à sortir, lors d’une césarienne extrapéritonéale, le chirurgien n’aura qu’à accompagner la sortie du bébé. Il attendra l’effet des contractions ou de la respiration de la maman, qui est encouragée éventuellement à souffler ou à pousser, pour tourner la tête du bébé vers ses parents et lui permettre de naître plus calmement, comme c’est le cas lors d’un accouchement par voie basse.

Si l’on en croit les auteurs de la méthode, cette pression progressive lors de la sortie contribuerait à reproduire le phénomène de la pression exercée sur le thorax lors d’une naissance extrapéritonéale. Elle permet aussi de réduire les risques d’inhalation amniotique. Dès que sa tête entrera en contact avec l’air ambiant, il poussera généralement son premier crie avant même d’être totalement extrait de l’utérus. Le chirurgien gynécologue obstétricien confiera le bébé à la sage-femme qui le placera sur la poitrine de sa maman directement sur sa peau. Parfois, il est même possible de mettre l’enfant au sein alors que l’intervention est toujours en cours. Pour que le papa puisse participer activement à la naissance de son bébé, il sera chargé de couper le cordon un peu plus tard. Mais en attendant que les chirurgiens achèvent l’opération, il restera en dehors secteur stérile de l’intervention, à la tête de la maman.

La césarienne extrapéritonéale, une technique centrée sur la femme

Selon les auteurs de la césarienne extrapéritonéale, cette nouvelle méthode a aussi pour objectif de favoriser le premier contact peau-à-peau entre mère et bébé, l’implication des parents dans la naissance de leur bébé et le taux d’allaitement. Elle est aussi décrite comme une méthode « centrée sur la femme », donc bien la respecter et surtout rester à son écoute. Le but premier de cette technique est donc d’alléger au maximum la souffrance de la femme tout en lui permettant de participer activement à la naissance de son bébé comme si elle avait accouché par voie basse. De plus, elle peut rapidement retrouver son autonomie et s’occuper de son bébé toute seule. Par ailleurs, au lieu de rester 5 jours à la maternité, la femme qui accouche par césarienne extrapéritonéalepourra rentrer chez elle après 3 jours au maximum.

Les plus de la césarienne extrapéritonéale

Le principe d’une césarienne extrapéritonéaleest tout d’abord d’accueillir le bébé dans une ambiance agréable tout en respectant au maximum, l’autonomie de la mère, le choix des parents et leur lien avec leur bébé. La préparation de la césarienne extrapéritonéalecommence dans les quelques semaines avant l’accouchement. Les futurs parents sont encouragés à regarder des vidéos qui leur permettent d’en apprendre davantage sur la technique. Cela pour qu’il puisse se faire une idée plus précise de l’intervention. Ils pourront aussi choisir les musiques qu’ils souhaitent passer lors de l’intervention. Par ailleurs, la mère aura le droit de porter le vêtement qu’elle souhaite au lieu de mettre la fameuse blouse blanche du bloc opératoire.

Pour que la maman puisse facilement serrer son bébé une fois sorti, ses mains sont laissées libres. En effet, la perfusion est placée sur le bras non dominant et les capteurs sont posés sur les jambes et les pieds, ce qui n’est pas le cas lors d’une césarienne classique. Quant à la césarienne, elle commence de façon classique, mais une fois l’utérus incisé, le champ opératoire est abaissé, et la tête de la table relevée pour que la maman puisse voir. À partir de ce moment, le papa peut se lever regarder la sortie de son bébé s’il le souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.