Analyse d’urine grossesse

Le test d’urine est-il un simple passage de routine lors d’une grossesse ou est-ce vraiment nécessaire ? En réalité, il s’agit d’une étape cruciale à effectuer au cours des trois trimestres de grossesse. C’est un procédé qui permet de déterminer sur une femme enceinte est vraiment en pleine forme. Que faut-il savoir à propos de ces tests ? Comment se déroule l’analyse d’urine ?

Pour quelles raisons faut-il faire un test d’urine lors de la grossesse ?

Lors d’une grossesse, il est toujours nécessaire d’effectuer une analyse d’urine. C’est un processus normal qui se déroule tous les trimestres ou tous les mois.

Grâce à cette analyse, il est possible de déterminer si la future mère est sujette à d’éventuels problèmes de santé comme une infection des voies urinaires. Lorsque certaines maladies sont détectées tôt, il est alors plus aisé de prendre les mesures nécessaires. C’est par exemple le cas :

  • Du diabète gestationnel : cette maladie peut engendrer des conséquences néfastes sur le fœtus. Si ce phénomène est détecté au bon moment, il sera plus aisé d’adopter les mesures appropriées.
  • De la pré-éclampsie : c’est une pathologie qui est détectée par la présence de protéines dans les urines.
  • De la cystite : cette maladie peut être traitée dès son apparition. Cela contribue à réduire les risques de complications durant la grossesse.

Dans quelles conditions l’urine doit-elle être prélevée ?

Pour obtenir des résultats fiables, l’urine doit être collectée très tôt le matin. Ainsi, il sera plus aisé d’avoir accès à toutes les informations possibles.

Suivre les instructions de votre gynécologue ou de votre sage-femme

Ce sera à la femme enceinte d’effectuer le prélèvement. Pour que le test soit fait de manière optimale, il faudra respecter minutieusement les instructions fournies par le gynécologue ou la sage-femme. Le prélèvement doit être placé dans un flacon stérile. Cet outil servira à collecter les urines et de la maintenir dans les meilleures conditions.

Quelles sont les conditions à respecter lors de la collecte de l’urine ?

Pour que l’urine contienne des résultats fiables, il est impératif :

  • De procéder à la collecte à jeun ;
  • De collecter rapidement l’urine pour éviter que l’échantillon soit contaminé ;
  • De bien laver les organes génitaux externes et les mains ;
  • De préserver la stérilité du flacon (ouvrir le flacon juste avant son utilisation) ;
  • De jeter les premières et les dernières goûte de l’urine (les urines « au milieu du jet » contiennent des informations plus intéressantes) ;
  • De fermer correctement le flacon d’analyses ;
  • De remettre l’urine au laboratoire d’analyses.

Est-il important d’effectuer un test d’urine tous les mois ?

Le test d’urine est à faire soit tous les mois soit tous les trimestres. Tout dépend de la situation. Pour certaines femmes, il est possible de détecter des protéines à compter du deuxième trimestre de grossesse. Si tel est le cas, il est alors impératif de surveiller régulièrement son évolution.

La protéinurie doit être surveillée de près. Avec ce genre de pathologie, la femme enceinte a tendance à perdre des protéines. Ce phénomène est souvent à l’origine de gonflement important au niveau des mains et du visage. Au pire des cas, ce problème peut s’étendre au niveau du visage. Ces œdèmes marquent un problème de rétention d’eau. La protéinurie peut également être à l’origine d’une hypertension.

Malheureusement, les œdèmes peuvent trahir l’apparition d’autres pathologies telles que la pré-éclampsie. C’est une pathologie grave qui va compliquer l’accouchement. Dans ce genre de situation, il est préconisé d’effectuer des tests systématiques. Si la pré-éclampsie est assez marquée, le gynécologue peut provoquer l’accouchement. Cela permettra d’éviter que cette pathologie affecte négativement la santé de la future maman et de son nourrisson.

L’essentiel sur la protéinurie

Cette désignation mentionne la présence de protéines dans les urines. En principe, ce phénomène ne devrait pas se produire, car les reins se chargent de filtrer ces éléments. Malheureusement, lorsque ces organes n’assurent pas correctement leurs missions, ils laissent les protéines dans les urines. Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de ce phénomène. Il peut s’agir ;

  • D’une petite insuffisance rénale d’origine virale (infection urinaire) ;
  • D’une hypertension artérielle ;
  • D’une forte déficience de la fonction rénale, etc.

Dans la majorité des cas, cette pathologie est souvent le résultat d’une déficience de la fonction rénale. S’il s’avère que la future maman est vraiment sujette à la protéinurie, il faut prélever les urines sur 24 heures. Cela permet de confirmer la présence de protéines dans l’urine. Si la pathologie est avérée, il faudra procéder à quelques examens pour déterminer l’origine du problème.

Seule l’analyse d’urine permet de définir si une femme enceinte est affectée par ce phénomène. Dans la majorité des cas, cette pathologie est asymptomatique.

À qui incombe la responsabilité d’interpréter l’analyse d’urine ?

C’est le rôle du gynécologue. Ce professionnel médical a la capacité d’interpréter correctement les résultats. À titre d’information, il faut savoir que le résultat est divisé en deux parties bien distinctes :

  • La description physico-chimique ;
  • L’évaluation des sédiments des éléments corpusculaires de l’urine.

Ces deux sections sont liées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.