Les allergies respiratoires

 

Certains enfants, notamment ceux qui ont des antécédents d’atopie, vont présenter des réactions allergiques après avoir respiré des poussières de maison ou des acariens, des pollens d’herbes ou d’arbres, des poils d’animaux, des moisissures, des particules de blattes, des produits ménagers… Ces allergènes inhalés provoquent le plus souvent une inflammation de la muqueuse respiratoire sur laquelle ils se déposent. L’asthme, la toux et le rhume des foins sont donc les manifestations les plus fréquentes. Mais l’allergie aux substances inhalées s’exprime parfois par de l’eczéma, de l’urticaire, une conjonctivite ou exceptionnellement par un œdème de Quincke ou un choc anaphylactique.

La pollution par les gaz d’échappement favorise le développement de l’allergie respiratoire et le tabac est un facteur irritant supplémentaire. La vie à la campagne et la fréquentation des collectivités dès les premières semaines de vie ont en revanche en rôle protecteur.

 

L’ALLERGIE AUX ACARIENS

 

Les acariens sont des petites bêtes microscopiques qui logent principalement dans les tapis, les tissus, les couvertures en laine, les oreillers en plume et les peluches. Ils s’apparentent aux poussières de maison et sont responsables de manifestations allergiques variées : nez qui coule, larmoiement et démangeaisons oculaires, toux, difficultés à respirer, asthme et, rarement, eczéma.

Les symptômes surviennent à chaque fois que l’enfant est en contact avec de trop nombreux acariens, par exemple lorsqu’il secoue des tissus, dort avec des peluches ou des couvertures épaisses ou lorsqu’il est près d’un aspirateur en marche.

* Aérez la chambre tous les jours, surtout s’il fait sec et froid.
* Aspirez la maison 1 à 2 fois par semaine et aérez longtemps après avoir passé l’aspirateur. Secouez couettes et tapis à l’extérieur. Dépoussiérez 1 fois par semaine à l’aide d’un chiffon humide. N’utilisez pas de plumeau qui met les acariens en suspensions dans l’air ni de spray dépoussiérant, potentiellement irritant.
* Limitez les peluches dans la chambre et les objets qui ramassent la poussière. Pour dormir, l’enfant peut garder un doudou, que vous laverez tous les mois à 60°C.
* Lavez aussi les draps à 60°C une fois par semaine.
* Supprimez les oreillers en plume, les couvertures en laine, la moquette et les rideaux épais et non lavables.
* Choisissez un sommier à lattes ou métallique, un matelas en mousse et des oreillers et couettes synthétiques que vous couvrirez de housses spéciales antiacariens.
* Limitez l’humidité dans la chambre pour empêcher le développement des acariens (pas d’humidificateur, pas de récipient d’eau qui stagne, pas de plante verte) ainsi que la chaleur (la température de la pièce ne doit pas excéder 19°C lorsqu’elle est chauffée).

 

L’ALLERGIE AUX POLLENS

 

L’allergie aux pollens est très fréquente, avec en tête les allergies aux pollens de graminées (ceux de mauvaises herbes) et aux pollens d’arbres. Elles se manifestent volontiers au printemps par une toux, un asthme, une conjonctivite ou un rhumes de foins…

Il existe des allergies croisées, entre différentes plantes ou aliments. Par exemple, l’enfant allergique au boulot, au noisetier ou à l’aulne a plus de risque de développer une allergie alimentaire à la pomme, la poire, la prune, le melon, la cerise, le céleri…

 

L’ALLERGIE AUX MOISISSURES

 

C’est une allergie qui se manifeste principalement par des signes respiratoires, quelle que soit la période de l’année.

Les moisissures se développent surtout lorsqu’il fait chaud et humide et on ne les voit habituellement pas à l’œil nu, sauf lorsqu’elles ont beaucoup proliféré, comme par exemple sur les joints de salle de bain ou sur les murs humides.

 

* Aérez quotidiennement, ne chauffez pas la maison au-dessus de 19°C, ne bouchez pas les aérations et nettoyez-les régulièrement.
* Lavez régulièrement à l’eau javellisée les réfrigérateurs, les poubelles, les joints de fenêtres, qu’ils soient en plastique ou en mastic.
* Évitez les climatiseurs.

 

L’ALLERGIE AUX BLATTES 

 

Les blattes et cafards sont responsables d’eczéma.
Faites désinsectiser votre habitation à un moment où l’enfant est absent de la maison.
Stockez vos alimentes dans des boites hermétiques.
Isolez et jetez vos poubelles tous les jours.

 

 

L’ALLERGIE AUX POILS D’ANIMAUX

 

Tous les animaux peuvent provoquer des réactions allergiques. Les poils de chat et les poils de lapin sont plus souvent en cause. Quelques minutes après l’exposition, l’enfant manifeste en écoulement nasal, une toux, une crise d’asthme, une conjonctivite, une urticaire ou exceptionnellement un œdème de Quincke.

Essayez de mettre à l’écart votre animal domestique et observez si les symptômes s’améliorent. Si c’est le cas, l’allergie pourra être confirmée par des tests. Il faut envisager de s’en séparer ou tout au moins d’interdire sa présence dans la chambre de l’enfant et le laver une fois par semaine.

[yasr_visitor_votes size= »small »]

[yasr_overall_rating size= »small »]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.